vendredi 13 septembre 2013

Adieu Voyager

Ça y est, la vénérable et bien nommée sonde Voyager 1 a traversé l'héliopause et quitté notre système solaire, après un voyage de 36 ans, 18 milliards de kilomètres parcourus à 55,000 km/h. Ce programme, conçu à une époque où on n'avait pas de superordinateurs pour prendre des décisions à notre place, et où la plupart des calculs, littéralement astronomiques, étaient faits à la main, avec des abaques ou une règle à calcul (je garde toujours précieusement celle de mon père disparu trop tôt), est l'un des plus extraordinaires accomplissements de l'humanité. Impossible à reproduire de nos jours parce que la dette, tout ça. Et oui, il faut bien assurer le train de vie des gros chacals planqués derrière leurs bilans comptables qui régentent nos vies sans jamais les avoir vues de près. Et en période de "ras-le-bol fiscal", amusez-vous donc à comparer les taux d'imposition de l'époque avec ceux d'aujourd'hui histoire histoire de voir si l'adage populaire "trop d'impôt tue l'impôt" a un quelconque fondement.



Bref,  Voyager 1 va désormais s'enfoncer dans le silence glacé de l'espace intersidéral (bientôt suivi par Voyager 2), et devrait continuer sa course indéfiniment pendant au moins quarante mille ans avant d'avoir la moindre chance de croiser un autre astre, soit bien longtemps après que sa batterie au plutonium soit vide. Et on ne devrait plus jamais la revoir, à moins qu'une rencontre fortuite ne bouleverse le cours de son histoire et la nôtre, bien sûr...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire